Airbnb

Airbnb représente désormais plus de 25% de l’offre de nuitées, alors que ce chiffre n’était que de 8% en 2014. Dans ce contexte, les autorités n’ont pratiquement pas la possibilité de contrôler les recettes des taxes de séjour. Jusqu’ici, seuls les cantons de Zoug et de Bâle-Ville ont élaboré une base légale avec Airbnb. Pour régler de manière équitable et uniforme les recettes des taxes de séjour, Dominique de Buman, Conseiller national et Président de la FST, a soumis au Parlement une motion réclamant que les taxes de séjour soient systématiquement perçues directement par Airbnb à chaque réservation et transmises automatiquement à un service central. Cette motion n’a pas encore été inscrite à l’ordre du jour du Parlement.


Informations complémentaires