Large alliance touristique dit clairement OUI à la loi COVID-19

Sous l’égide de la Fédération suisse du tourisme, une large alliance d’associations touristiques se prononce en faveur de la loi COVID-19. Cette dernière constitue la base de l’utilisation du certificat COVID en cas de situation épidémiologique tendue. Un refus signifierait la fin du certificat COVID, qui garantit la liberté de voyager et constitue un outil important de lutte contre la pandémie. 

La branche du tourisme a approuvé d’emblée l’introduction du certificat COVID car une telle attestation ouvrait, dès le printemps, la voie à une levée progressive des mesures de protection pour les personnes vaccinées, guéries et testées. Le certificat COVID permet d’éviter un durcissement des mesures de protection, voire un nouveau confinement si la situation se détériore. «Un nouveau confinement serait fatal pour le tourisme», déclare Nicolo Paganini, président de la Fédération suisse du tourisme. 

Garantir des voyages sûrs
Par ailleurs, le certificat COVID constitue la base du tourisme transfrontalier en période de pandémie. En cas de refus, il n’existerait plus de base légale permettant d’avoir des certificats uniformes, infalsifiables et compatibles avec l’UE. Il n’y aurait donc plus de certificat qui serait reconnu dans les pays de l’UE. «Une telle situation doit être évitée à tout prix. Nous devons préserver la liberté de voyager, indispensable au succès de la Suisse en tant que destination touristique», déclare Andreas Züllig, président d’HotellerieSuisse. À défaut de base juridique, les certificats existants et déjà délivrés ne pourront plus être utilisés. Voyager deviendrait bien plus compliqué.

Maintenir les mesures de protection à un niveau raisonnable
L’évolution de la pandémie est imprévisible. En cas de refus, il ne sera plus possible d’alléger les mesures étatiques pour les personnes vaccinées, guéries et testées. Si les hôpitaux approchent à nouveau de la saturation, le Conseil fédéral devra alors introduire des mesures s’appliquant à tout le monde et à toutes les entreprises. Sans loi COVID-19, les libertés ne seront pas plus grandes, mais diminueront dans le pire des cas. Le nombre de personnes concernées serait donc plus élevé. 

Ne pas compromettre la prolongation des aides financières
«La loi COVID-19 apporte l’élan dont les secteurs des voyages et du tourisme ont urgemment besoin», déclare Hans Wicki, président des Remontées Mécaniques Suisses. Les prestations de soutien étatiques, telles que l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail ou les aides pour cas de rigueur, dont la base légale figure dans la loi COVID-19, assurent la survie de nombreux établissements touristiques, hôteliers et de restauration ainsi que d’entreprises d’autres branches. Sans prolongation, le Conseil fédéral n’aurait que peu de marge de manœuvre en ce qui concerne les prestations de soutien.

---------------------

Comité du secteur touristique «OUI à la loi COVID-19»
Sous l’égide de la Fédération suisse du tourisme, le comité regroupe les associations touristiques HotellerieSuisse, la Conférence des directeurs d’offices de tourisme régionaux (CDR), le Réseau des parcs suisses, Parahôtellerie Suisse, la Fédération Suisse du Voyage (FSV), les Remontées Mécaniques Suisses, l’Union des transports publics (UTP), l’Association des entreprises suisses de navigation (AESN), l’Association suisse des managers en tourisme (ASMT) et zoosuisse.$

---------------------

>> www.loi-covid19-oui.ch
>> Télécharger le communiqué de presse

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

  • Nicolo Paganini, Président de la Fédération suisse du tourisme, tél. +41 (0)79 605 19 43
  • Claude Meier, Directeur d’HotellerieSuisse, tél. +41 (0)75 432 44 51
  • Berno Stoffel, Directeur des Remontées Mécaniques Suisses, tél. +41 (0)79 543 25 07