Le tourisme réclame des voyages sans quarantaine et des aides à l'investissement

La situation reste tendue. Dans la perspective des saisons d'été et d'automne 2021, il est urgent que le tourisme suisse puisse bénéficier de mesures d'ouverture supplémentaires, d'une optimisation de la stratégie de dépistage et de vaccination, de voyages sans quarantaine et d’un soutien financier. Lors du 5e sommet du tourisme, les représentants du secteur ont également abordé des mesures qui vont au-delà de la gestion de crise aiguë, telles que la stimulation de la demande et l'adaptation des instruments de promotion existants.

Le tourisme suisse reste affecté de manière disproportionnée par les conséquences sociales et économiques de la pandémie de coronavirus. C'est ce qu'ont souligné aujourd'hui les représentants des secteurs concernés lors de leurs entretiens avec le Président de la Confédération Guy Parmelin ainsi que divers représentants de la Confédération et des cantons. Afin que l'ensemble de la chaîne de valeur du tourisme puisse à nouveau fonctionner de manière économique, de nouveaux assouplissements sont nécessaires dans un avenir proche. Concrètement, il s'agit d'ouvrir les espaces intérieurs dans la restauration ainsi que de ne pas freiner la reprise annoncée des activités des foires et événements par des restrictions déraisonnables. La stratégie de vaccination et de dépistage a également été discutée aujourd'hui. Pour atteindre l'objectif consistant à ce que toutes les personnes désireuses de se faire vacciner aient reçu la première injection d'ici la fin du mois de juillet 2021, il est urgent que la stratégie de vaccination de la Confédération et des cantons prenne de l’ampleur. En outre, les capacités de dépistage doivent être étendues et, en particulier, les activités de traçage des contacts doivent être à nouveau intensifiées.

Créer la liberté de voyager et stimuler la demande
Les voyages transfrontaliers sont l'un des éléments les plus importants pour soutenir le secteur du tourisme en difficulté. Celui-ci plaide donc en faveur de l'introduction rapide d'une attestation «COVID-free» numérique et reconnue au plan international, qui permette à nouveau les voyages transfrontaliers pour les personnes vaccinées, présentant un test négatif ou guéries. Dans ce contexte, les associations touristiques réclament notamment que la Suisse autorise les personnes disposant de justificatifs appropriés à entrer dans le pays sans quarantaine. Pour que la Suisse reste compétitive sur le marché international en tant que destination touristique, des fonds supplémentaires destinés à stimuler la demande sont également indispensables.

Adaptation des mesures de soutien / OUI à la loi COVID-19
De nombreuses entreprises touristiques se trouvent dans une situation financière précaire. Afin d'assurer leur survie à court terme, les associations touristiques font campagne pour allonger l'indemnité pour chômage partiel de 18 à 24 mois. Elles cherchent également à obtenir des modifications de la solution concernant les cas de rigueur: les dispositions actuelles prévoient que les pertes seront compensées jusqu'en juin 2021 inclus. Or, ce délai est trop court et doit être prolongé jusqu'à la fin de 2021 en raison de la prolongation de la crise. Une autre décision imminente joue un rôle afin que ces changements puissent déployer leurs effets: si la loi COVID-19 est rejetée le 13 juin 2021, les entreprises concernées ne recevront plus aucun soutien de la part du gouvernement fédéral. Les associations touristiques se sont donc engagées dans une campagne commune en faveur d’un vote positif sur la loi COVID-19.

Renforcer la capacité d'innovation et d'investissement
Le secteur du tourisme est actuellement confronté à des goulets d'étranglement en matière de liquidités tout au long de la chaîne de valeur. En conséquence, les fonds destinés aux investissements nouveaux et de remplacement font défaut, ce qui affecte la compétitivité et la capacité d'innovation de l'ensemble du secteur, qui est notamment dans l’incapacité de profiter des chances offertes par le numérique et par le développement durable. Pour les seuls chemins de fer de montagne, le besoin d'investissement s'élève actuellement à trois milliards de francs. Dans le secteur de l'hébergement, jusqu'à 70% des établissements ont déjà suspendu leurs investissements à la fin de 2020. Afin de renforcer la capacité d'innovation et d'investissement, le tourisme a donc réclamé aujourd'hui des ajustements substantiels aux instruments de promotion existants. Une première motion à cet effet a été soumise par le président de la FST, Nicolo Paganini, lors de la session extraordinaire en cours.

Télécharger des photos

Pour toute information sur le contenu du 5e Sommet du tourisme, veuillez contacter:  

  • Nicolo Paganini, Président de la Fédération suisse du tourisme, tél. +41 (0)79 605 19 43
  • Casimir Platzer, Président de GastroSuisse, tél. +41 (0)44 377 53 53
  • Andreas Züllig, Président d’HotellerieSuisse, tél. +41 (0)79 236 54 58
  • Janine Bunte, Présidente de Parahotellerie Suisse, tél. +41 (0)79 654 03 10
  • Leonie Liesch, Présidente de l’Association Suisse des Managers en Tourisme, tél. +41 (0)78 742 74 87
  • Stefan Schulthess, Président de l’Association des entreprises suisses de navigation, tél. +41(0)79 300 20 33
  • Stefan Müller-Altermatt, Président du Réseau des parcs suisses, tél. +41 (0)76 332 15 26
  • Hans Wicki, Président des Remontées Mécaniques Suisses, tél. +41 (0)79 632 72 48
  • Damian Constantin, Président de la Conférence des directeurs d’offices de tourisme régionaux de Suisse (CDR), tél. +41 (0)79 664 42 62
  • Ueli Stückelberger, Directeur de l’Union des transports publics, tél. +41 (0)79 613 77 01
  • Jürg Wildi, Président de Swiss Snowsports, tél. +41 (0)31 810 41 11
  • Roger Graf, directeur général de Zoo Suisse, tél. +41 (0)79 713 48 52