L’incertitude au lieu de la clarté

Le Conseil fédéral a annoncé aujourd'hui de nouvelles mesures d'assouplissement. À partir du 22 mars 2021, il a l’intention d’autoriser l'ouverture des terrasses de restaurants - mais seulement si la situation épidémiologique le permet. La FST estime que cette ouverture partielle constitue un premier pas, mais qui n’est que partiellement satisfaisant. Dans de telles conditions, de nombreux restaurateurs ne pourront pas travailler de manière rentable. En revanche, la FST se félicite des ajustements déjà décidés au régime de tests.

Compte tenu de la fragilité de la situation épidémiologique, le Conseil fédéral s'est abstenu de prendre des décisions définitives sur la poursuite des mesures d'assouplissement. Cependant, l’ouverture des terrasses des restaurants à compter du 22 mars 2021 a été tout au moins envisagée. Malheureusement, les établissements de restauration qui ne possèdent pas de terrasses ne pourront pas bénéficier de cette mesure. En outre, l’exploitation des espaces extérieurs est tributaire de bonnes conditions météorologiques. La persistance du mauvais temps empêcherait encore une exploitation rentable malgré l'ouverture. Après des mois de confinement complet, le secteur du tourisme juge décevant qu'aucune autre perspective au-delà du 22 mars n'ait été communiquée. 

Il y a lieu de saluer le nouveau régime de tests annoncé la semaine dernière, que le Conseil fédéral a décidé d’introduire. Du point de vue du tourisme, une stratégie de dépistage rapide et coordonnée est cruciale pour réduire durablement le nombre de cas. Dès le 15 mars, la Confédération prendra en charge le coût des tests rapides dans toutes les institutions agréées jusqu’ici pour procéder aux tests, même pour les personnes ne présentant pas de symptômes. Dans ce contexte, l'introduction des autotests envisagés devrait également être encouragée rapidement et sans bureaucratie. De façon générale, il faut espérer que cette nouvelle stratégie de dépistage - ainsi que la stratégie de vaccination – montrera rapidement son efficacité afin de permettre prochainement de nouveaux assouplissements. 

Le soutien économique est plus important que jamais
La réticence à adopter de nouvelles mesures d'ouverture rend plus important que jamais le soutien financier aux entreprises touristiques en difficulté. Il faut saluer le fait que même les entreprises censées pouvoir ouvrir le 22 mars continuent d'être considérées comme des cas de rigueur. Du point de vue du tourisme, il reste crucial que les fonds destinés aux cas de rigueur soient versés le plus rapidement et le moins bureaucratiquement possible dans les cantons. Si les premières étapes d’ouverture s’avéraient lentes, voire étaient annulées, le montant précédent de 10 milliards de francs devrait être une nouvelle fois relevé de manière significative et la réintroduction des crédits COVID devrait être envisagée. 

Veuillez nous contacter pour de plus amples informations:
Barbara Gisi | Directrice FST | 079 775 66 10 | barbara.gisi@stv-fst.ch