Pas de soutien immédiat pour l’instant

Le secteur du tourisme prend note des mesures drastiques ordonnées par le Conseil fédéral pour réduire le nombre de cas. En échange, il est urgent que les pertes de revenus qui en résultent soient indemnisées. L'extension des mesures relatives aux cas de rigueur et l'abaissement des critères d'éligibilité sont louables. En revanche, aucun soutien directement destiné à notre branche et garantissant les liquidités de plus en plus nécessaires n'est mis à disposition.

En vue des mois d'hiver, les entreprises touristiques ont une fois de plus fait de gros efforts pour offrir des expériences de sports d'hiver en toute sécurité. Cependant, comme prévu, les restrictions dues aux mesures de protection ont entraîné jusqu’ici une baisse considérable du chiffre d'affaires de la saison. Dans ce contexte, les mesures adoptées aujourd'hui, qui équivalent de facto à un confinement, sont particulièrement pesantes. La fermeture des restaurants et des magasins, ainsi que les restrictions supplémentaires imposées aux offres de vacances et d’activités de loisirs, auront un impact massif sur le nombre de clients lors des prochaines vacances sportives et continueront à peser lourdement sur les ventes de toutes les entreprises tout au long de la chaîne de création de valeur du tourisme.

Nécessité d’un soutien immédiat
Les associations touristiques attendaient donc avec impatience les nouvelles mesures du Conseil fédéral pour amortir les conséquences économiques de la pandémie. Elles en retirent une impression ambivalente. La FST se félicite du fait que l'aide aux cas de rigueur soit étendue et que les critères d'éligibilité soient adaptés à toutes les entreprises touchées par le confinement. Mais il est bien plus important que les établissements de tous les cantons puissent compter sur un paiement rapide. Les retards éventuels - dus également à un nombre plus important de demandeurs - pourraient avoir de graves conséquences: De nombreuses exploitations agricoles ont épuisé leurs réserves et dépendent d'un soutien immédiat pour les renflouer. Si les paiements pour les cas de rigueur ne sont pas versés rapidement, le secteur du tourisme estime qu'il faut immédiatement accorder des contributions à fonds perdus pour couvrir les frais fixes d'exploitation, qui vont de 23 à 55 % du chiffre d'affaires selon les secteurs. Il est à espérer que le Conseil fédéral examinera d'autres mesures comme annoncé et, si nécessaire, l'initiera.

Veuillez nous contacter pour de plus amples informations:
Barbara Gisi | Directrice FST | 079 775 66 10 | barbara.gisi@stv-fst.ch