Nouvelle approche du «tourisme accessible à tous»

Miniaturbild

La question de l’accessibilité à tous dans le tourisme continue à être négligée. Une nouvelle initiative soutenue par des acteurs de renom dans le tourisme suisse se propose d’y remédier. Le concept repose sur des solutions existantes, mais en empruntant une direction nouvelle, car les besoins des personnes concernées sont très individuels et les certifications et classifications courantes ont des limites. Le projet vise à mettre systématiquement à la disposition de la grande majorité des personnes concernées les informations dont elles ont besoin tout au long de la chaîne des services touristiques. Il incombe ensuite à chaque personne de les évaluer individuellement. C’est un projet très ambitieux, mais qui ne risque rien n’a rien. Ses auteurs vont même plus loin: «L’essentiel est de participer. Faire partie de cette «communauté» deviendra une évidence dans le tourisme suisse d’ici quelques années.»

La méthode

Pour les personnes âgées ou handicapées, tout voyage commence par un clic de souris. Pour planifier un voyage, les informations publiques disponibles à propos des offres touristiques sont donc un facteur essentiel. Bien que ce segment de clientèle présente un énorme potentiel économique et que de nombreux prestataires touristiques essayent de s’adresser à ce groupe cible, les informations fiables et à jour sont difficiles à trouver.

Le but est que les prestataires touristiques recensent et communiquent systématiquement les informations sur l’accessibilité de leurs offres. Ces informations renseignent sur la présence de barrières dans l’offre touristique, mais n’évaluent pas cette offre selon son degré d’accessibilité, puisque les barrières varient d’une personne à l’autre. Chaque voyageur doit décider par lui-même si l’offre lui est accessible. L’initiative n’encourage donc pas les travaux de transformation coûteux, mais sert uniquement à la diffusion de l’information. Elle est donc ouverte à tous les prestataires touristiques, depuis les remontées mécaniques entièrement accessibles aux fauteuils roulants jusqu’aux hôtels protégés au titre des monuments historiques.

Les participants reçoivent un emblème qui, à terme, sera reconnu par tout le monde, et qui atteste que l’établissement accueille volontiers les personnes âgées ou handicapées et signale au client final qu’il y trouvera les informations en matière d’accessibilité pertinentes pour son cas particulier.

Potentiel

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: près de 15% de la population mondiale, soit 1,8 million de Suisses sont handicapés. Chacun peut faire partie de ce groupe cible du jour au lendemain. Nous connaissons tous quelqu’un à qui il arrive de voyager avec des bagages lourds ou une poussette. Mais surtout: nous vieillissons tous. Le vieillissement constant de la société ainsi que le penchant pour les séjours prolongés, les basses saisons et les vacances accompagnées recèlent un potentiel économique énorme. Selon certaines études, le volume de marché correspond déjà en Europe à près de 780 milliards d’euros.

Début de la phase pilote en 2019

C’est en 2019 que le concept va être perfectionné, testé et adapté aux besoins des groupes concernés. Les prestataires intéressés sont les bienvenus pour participer au projet dès le stade de cette phase pilote. À partir de 2020, l’initiative sera déployée à plus grande échelle.

Responsables

C’est l’Association Suisse sans obstacles qui pilote le projet, avec le soutien de ses membres tels que la Fédération Suisse du Tourisme, GastroSuisse, hotelleriesuisse, les Remontées mécaniques suisses, Pro Infirmis, Suisse Tourisme ou les Auberges de Jeunesse Suisses. Zürich Tourismus, le Réseau des Parcs suisses, Davos Kloster Tourismus, les Pilatus Bahnen ou la Compagnie de navigation sur le lac des Quatre-Cantons, notamment, ont déjà donné leur accord à la phase pilote. L’association est financée par le Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées ainsi que par des cotisations des membres et d’autres dons.